Projet de recherche en Montérégie - L'image-satellite pour évaluer l'eau de baignade

Projet de recherche en Montérégie
L'image-satellite pour évaluer l'eau de baignade
Granby, 10 janvier 2011 - Une équipe du laboratoire de lutte contre les zoonoses d’origine alimentaire de l’Agence de la santé publique du Canada effectue une étude pilote visant à examiner la possibilité d’utiliser l’imagerie satellitaire pour évaluer le risque de contamination microbienne dans l’eau des plages au Canada.

 

Pour y arriver, les chercheurs tenteront de mettre en relation la concentration de bactéries fécales observée dans l’eau des plages durant la saison de baignade et plusieurs facteurs qui peuvent être obtenues à partir de l’imagerie satellitaire.

Qu’est-ce qu’une zoonose?
Une zoonose est une maladie transmissible de l'animal à l'homme et vice versa. Dans certains cas, les micro-organismes zoonotiques peuvent rester viables suffisamment longtemps et en quantité suffisante dans l'eau de baignade pour présenter un risque pour la santé. Les gastro-entérites causées par certaines bactéries telles que Salmonella et certains E. coli pathogènes de même que celles causées par des protozoaires constituent des exemples de zoonoses qui pourraient être contractées par l'ingestion involontaire d'eau de baignade.

 

Au cours de l’été 2010, plus de 1 500 échantillons d’eau ont été recueillis à partir de 18 plages localisées en Estrie et en Montérégie. Chacune de ces plages a été visitée une fois par semaine du mois de juin au mois de septembre. Ces échantillons ont été analysés en laboratoire pour en déterminer la concentration en bactéries fécales et décrire les changements dans la concentration de ces bactéries durant l’été. En plus de la récolte d’eau, des mesures de télédétection in-situ et satellitaires ont été récoltées pour la même période. 

Prélèvement d'échantillon d'eau et mesures de télédétection (photo : Serge-Olivier Kotchi)

 

L’analyse de ces données est en cours et devrait permettre de mieux évaluer les nouvelles possibilités permises par l’utilisation de l’imagerie satellitaire pour assister les organismes responsables de la surveillance de la qualité microbienne des cours d’eau et minimiser les risques pour les baigneurs. Des données récoltées sur plusieurs saisons seront nécessaires pour bien évaluer le potentiel de ces nouvelles technologies et une seconde collecte d’échantillons est déjà prévue pour l’été 2011. 

Les images satellites sont utilisées pour estimer les variables environnementales de la contamination qui sont liées à l'utilisation du sol, et pour évaluer la relation entre la signature spectrale de l'eau et ses paramètres de qualité microbiologique. Sur cette image, on recconaît le lac Waterloo et ses environs (photo : Serge-Olivier Kotchi)

 

Pour plus d'information visiter le site web du Laboratoire de lutte contre les zoonoses d'origine alimentaire.