Impacts des changements climatiques sur la Yamaska - Miser sur la prévention

Impacts des changements climatiques sur la Yamaska
Miser sur la prévention
Granby, 15 décembre 2010 - Quels impacts auront les changements climatiques sur l'approvisionnement en eau des grandes villes du bassin versant de la rivière Yamaska? Est-ce que nos réserves d’eau seront menacées advenant de longues périodes de sécheresse? Sommes-nous prêts à faire passe à des situations extrêmes?

 

Les chercheurs de la Faculté de Génie et du Centre universitaire de formation en environnement (CUFE) de l’Université de Sherbrooke travaillent actuellement à trouver des réponses à ces questions et surtout à développer un système permettant aux municipalités de se préparer à de tels évènements.

« Afin d’éviter toute forme d’improvisation lorsque de tels épisodes arriveront, il est important d’entamer les démarches dès maintenant, car la prévention est toujours la mesure la moins coûteuse devant la perspective d’une crise »
Bertrand Côté, directeur du département de génie civil à l’Université de Sherbrooke

 

Les villes de Saint-Hyacinthe, Granby, Bromont et Cowansville sont impliquées dans le projet. Elles ont été ciblées à cause de la quantité d’eau qu’elles consomment et de leur potentiel de développement.

Un plan d’intervention en 2012
Prévu pour 2012, un plan d’intervention indiquera les seuils à ne pas dépasser, ainsi que les paramètres de restriction de prélèvement d’eau et de consommation. On y hiérarchisera les usages tout en tenant compte des possibilités d’adaptation pour les différents utilisateurs (municipalités, citoyens, industries agriculteurs, etc.)

Le système développé comportera plusieurs niveaux d’alerte allant de la sensibilisation à la restriction d’utilisation. Plusieurs pays, dont les États-Unis et la France utilisent déjà de tels systèmes d’alerte.

À titre d’exemple, le système d’alerte mis en place par le comté de San Diego peut être visualisé en cliquant ici  (en anglais).

Exemple de système d’alerte qui pourrait être mis en place dans le bassin versant (image : comté de San Diego)

 

De nombreux partenaires impliqués
Le projet bénéficie d’un financement total de 300 000 $ dont les 2/3 proviennent de Ressources naturelles Canada et  du Ministère du Développement durable de l’Environnement et des Parcs (MDDEP)  du Québec. La majeure partie du budget est géré par OURANOS, un consortium scientifique qui a pour mission d’étudier les impacts potentiels des changements climatiques ainsi que les stratégies d’adaptation à déployer.

Plusieurs autres partenaires participent au projet : la Conférence régionale des élus (CRÉ) de la Montérégie Est, le Centre d’expertise hydrique du Québec (CEHQ), l’Agence géomatique montérégienne (Géomont) et l’OBV Yamaska. Ce dernier assurera notamment la prise en compte des différents usages de l’eau dans le projet.

« La connaissance quant aux quantités d’eau disponibles vis-à-vis des besoins des utilisateurs est essentielle à une gestion plus durable de l’eau. Ce type de projet, élaboré à l’échelle du bassin versant, s’intègre parfaitement au PDE [Plan directeur de l’eau] »
Catherine Laurence-Ouellet, directrice de l’OBV Yamaska

 

 

Le projet est réalisé en partenariat avec Ressources naturelles Canada
et avec l'appui du gouvernement du Québec


 

 

Pour information :
Catherine Laurence-Ouellet
Directrice
450-956-1164 poste 221
direction@obv-yamaska.qc.ca