Évènements

Colloque 2010 sur les phytotechnologies
Ces plantes qui travaillent pour nous
Granby, 11 juin 2010 – Le 3 juin dernier, OBV Yamaska a assisté au colloque annuel de la Société québécoise de phytotechnologie. Plusieurs experts du Québec et d’ailleurs y ont présenté leurs plus récents travaux et observations sous le thème : « Les phytotechnologies au service des villes et villages verts ».

 

 

 

Qu’est-ce qu’on entend par « phytotechnologie »?
La phytotechnologie c’est tout simplement l’utilisation de plantes vivantes pour résoudre des problèmes  environnementaux, que ce soit pour épurer l’eau et l’air, contrôler l’érosion, restaurer des sites dégradés, capter les gaz à effet de serre ou réduire la chaleur et la vélocité du vent. Les toits verts, les murs végétaux, les marais  filtrants, les ouvrages de génie végétal, les haies brise-vent, les systèmes végétalisés de gestion des eaux  pluviale sont quelques exemples de phytotechnologie. Cliquez ici pour plus de détails

 

Voici, pour les intéressés, quelques-uns des sujets abordés au cours de cette journée :

 


Owen Rose, architecte LEED et président du Centre d’écologie urbaine de Montréal, a partagé quelques réflexions autour de l’initiative Quartiers verts, actifs et en santé.  Par le biais de nombreux exemples, il a notamment été question d’une plus grande intégration ville-nature et du passage à des modes de transport actifs (marche, vélo, etc.). Le but final étant de rehausser la « vivabilité » des milieux urbains.

 

 


Tim Kurtz, employé au service d’environnement de la Ville de Portland en Oregon (pop. : 532 000), a présenté les travaux du programme de gestion durable des eaux pluviales auquel il a collaboré depuis huit ans. Plusieurs exemples d’intégration des systèmes naturels de gestion de l’eau au paysage urbain ont été décrits en incluant leur niveau de performance ainsi que les obstacles rencontrés. Financé par le biais d’une taxe spéciale, ce programme novateur emploie un urbaniste, cinq architectes paysagers, cinq spécialistes en environnement et un ingénieur civil.

Photo : Portland Bureau of Environmental Services

 


Le lac Brome cité en exemple

Isabelle Boucher, urbaniste et conseillère à la recherche au Ministère des Affaires municipales, des régions et de l’occupation du territoire (MAMROT), a quant à elle dévoilé le nouveau guide « La gestion durable des eaux de pluie ».  Abondamment illustré, le guide souligne les avantages pour les municipalités d’opter pour une telle gestion. On y répertorie plusieurs mesures et techniques éprouvées. Enfin, une série de bonnes pratiques québécoises est décrite. Elle inclut notamment l’ensemble des efforts déployés au lac Brome afin de contrôler les apports des éléments nutritifs dans le plan d’eau. Le guide peut être gratuitement sur le site du MAMROT.

 

 

 

Un résumé des autres conférences de la journée peut être consulté sur le site de la Société québécoise de phytotechnologie.