Nouvelles de l'OBV

Des algues au service de la Yamaska
Granby, le 13 mai 2010 – L’été dernier, l’état de santé des différentes sections de la rivière Yamaska a été mesuré grâce à une nouvelle technique s’appuyant sur la présence d’algues microscopiques : les diatomées.

 

 

Fruit d’une collaboration spéciale entre l’Organisme de bassin versant de la Yamaska (OBV Yamaska) et l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), cette initiative met en lumière une nouvelle technique de suivi biologique très prometteuse.
 

Un nouvel indicateur pour la qualité de l’eau

Les diatomées sont des algues microscopiques d’une teinte généralement brunâtre qui tapissent le fond des cours d’eau. Particulièrement sensibles aux nutriments comme l’azote et le phosphore, les diatomées sont d’excellents indicateurs de la qualité d’un cours d’eau. En comparant différentes communautés de ces algues, on obtient l’Indice des Diatomées de l’Est du Canada (IDEC) qui se traduit par une cote de la qualité des cours d’eau selon une échelle allant de « A » ( en très bon état) à « E » (en très mauvais état).

 

Une technique plus économique

La méthode de l’IDEC a plusieurs avantages, dont celui d’être moins coûteux que des tests physicochimiques en laboratoire. Le professeur Stéphane Campeau, spécialiste des diatomées à l’UQTR et partenaire du projet, affirme à ce sujet :

« Le coût d’utilisation de l’IDEC est en effet relativement faible, mais la technique permet surtout, grâce aux algues, d’enregistrer toutes les variations dans la qualité de l’eau sur une période d’environ un mois. C’est là un avantage important ».

Cette « mémoire » des diatomées renforce la fiabilité des informations récoltées. Cette caractéristique facilite également le suivi des efforts de restauration et permet de mesurer la portée des interventions ponctuelles sur la qualité de l’eau.

 

Yamaska : les résultats

De toutes les sections de la rivière qui ont été étudiées, près de la moitié ont reçu la cote « D » (mauvais état). Les meilleurs résultats, une cote « B », ont été identifiés à la sortie du Lac-Brome et complètement en amont du bassin versant, dans le secteur de Brome Ouest. Quant aux sections les plus dégradées, elles sont situées dans les portions aval des rivières Noire et Yamaska. Celles-ci ont reçu la cote « E » associée à une très mauvaise qualité de l’eau. Les communautés de diatomées de ces cours d’eau sont parmi les plus dégradées parmi les rivières de l’est du Canada.

« Certains résultats nous ont étonnés. Des secteurs que nous croyions en très bon état montrent des signes de dégradation. Ces données viennent donc nous indiquer que des efforts sont nécessaires à tous les niveaux et dans tous les secteurs du bassin versant » indique Zoë Ipiña, chargée de projet à l’OBV Yamaska.

 

Poursuite de la démarche

Emballés par les avantages de la technique et encouragés par les résultats obtenus, les partenaires ont entrepris de répéter l’expérience en 2010. La comparaison des données annuelles solidifiera encore davantage la qualité du diagnostic.

 

Mentionnons que l’étude est financée par le Plan d’intervention du les algues bleu-vert du Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP). Le rapport détaillé pour l’été 2009 est disponible à l’adresse : www.obv-yamaska.qc.ca/IDEC

Les diatomée sont récoltées sur les galets à l’aide d’une brosse-à-dent
Source : Stéphane Campeau (UQTR)

 

Pour information :
Zoë Ipiña
Chargée de projet – OBV Yamaska
Téléphone : 450-956-1164
Courriel : info@obv-yamaska.qc.ca